Imprimer

Salariés

Age de départ possible et pension

MA RETRAITE DE BASE

 L’attribution de votre pension de retraite de base est soumise d’une part, à la cessation de votre activité salariée et d’autre part, à une condition d’âge.

 La cessation de votre activité salariée

Pour obtenir votre retraite, vous devez d’abord cesser votre activité professionnelle.

Néanmoins, il n’est pas nécessaire d’avoir cessé au préalable votre activité professionnelle, s’il s’agit, notamment, d’activités artistiques, littéraires, scientifiques, de spectacles, juridictionnelles occasionnelles ou assimilées.

En outre, vous pouvez, après la liquidation de votre pension et sous certaines conditions, reprendre une activité professionnelle en cumulant vos revenus avec tout ou partie de votre retraite.

L’âge légal de départ en retraite.

Déterminé en fonction de votre année de naissance, il correspond à l’âge à partir duquel vous êtes en droit de demander votre retraite de base, quel que soit le nombre de trimestres acquis.

Des départs avant cet âge (appelés "départs anticipés"), sont toutefois possibles dans certains cas : « longue carrière », « pénibilité » ou « assuré handicapé »…

 Age légal de départ en retraite

 

 Vous êtes né

Vous pouvez partir à la retraite à l’âge de

Date de départ

(à compter du )

Avant le 1er juillet 1951

60 ans

1er janvier 2011

Du 1er juillet 1951 au 31 décembre 1951

60 ans et 4 mois

1er novembre 2011

En 1952

60 ans et 9 mois

1er octobre 2012

En 1953

61 ans et 2 mois

1er mars 2014

En 1954

61 ans et 7 mois

1er août 2015

En 1955 et au-delà

62 ans

1er janvier 2017

 Même si vous avez l’âge de partir en retraite, cela ne signifie pas forcément que vous bénéficiez de la retraite à taux plein. En effet, pour obtenir une retraite de base à taux plein vous devez justifier d’un certain nombre de trimestres.

La durée d’assurance (le nombre de trimestres).

La durée d'assurance correspond à l'ensemble des trimestres vous permettant d'acquérir des droits à retraite (un trimestre suffit pour vous ouvrir un droit à retraite).

Elle comprend les périodes d'assurance (trimestres directement cotisés à l'assurance vieillesse en tant que salarié), les périodes assimilées et toute situation ouvrant droit à majoration de trimestres. Voir la partie « Salariés : les évènements de la vie ».

Le nombre de trimestres requis dépend de votre année de naissance. (cf tableau ci-après)

 Durée d’assurance

Année de naissance de l’assuré

Durée de cotisation requise pour le taux plein

 en trimestres

en annuités

1948

160

40

1949

161

40 ans et 1 trimestre

1950

162

40 ans et 2 trimestres

1951

163

40 ans et 3 trimestres

1952

164

41

1953

165

41 ans et 1 trimestre

1954

165

41 ans et 1 trimestre

1955

166

41 ans et 2 trimestres

1956

166

41 ans et 2 trimestres

1957

166

41 ans et 2 trimestres

1958

167

41 ans et 3 trimestres

1959

167

41 ans et 3 trimestres

1960

167

41 ans et 3 trimestres

1961

168

42 ans

1962

168

42 ans

1963

168

42 ans

1964

169

42 ans et 1 trimestre

1965

169

42 ans et 1 trimestre

1966

169

42 ans et 1 trimestre

1967

170

42 ans et 2 trimestres

1968

170

42 ans et 2 trimestres

1969

170

42 ans et 2 trimestres

1970

171

42 ans et 3 trimestres

1971

171

42 ans et 3 trimestres

1972

171

42 ans et 3 trimestres

1973 et après

172

43 ans

 

L’âge de la retraite à taux plein.

C’est l’âge à partir duquel vous pouvez liquider votre retraite à taux plein même si vous n’avez pas validé une carrière complète.

Si vous prenez votre retraite en ayant atteint cet âge, votre pension bénéficiera du taux plein  mais sera cependant calculée au prorata de la durée d’assurance que vous avez validé (par exemple, on la multiplie par 150/166 pour un assuré ayant validé 150 trimestres au lieu de 166).

Pour certaines catégories de personnes, l’âge d’obtention d’une retraite à taux plein est abaissé : les parents d’un enfant handicapé, les aidants familiaux, les assurés handicapés...

 Age de la retraite à taux plein

 Vous êtes né

Vous pouvez partir à la retraite à l’âge de

Dat de départ

(à compter du)

Avant le 1er juillet 1951

65 ans

1er janvier 2016

Du 1er juillet 1951 au 31 décembre 1951

65 ans et 4 mois

1er novembre 2016

En 1952

65 ans et 9 mois

1er octobre 2017

En 1953

66 ans et 2 mois

1er mars 2019

En 1954

66 ans et 7 mois

1er août 2020

En 1955 et au-delà

67 ans

1er janvier 2022

Le montant de votre pension 

 

 

Le montant de votre retraite de base est calculé en tenant compte de vos salaires, de votre durée d’activité et du taux de liquidation appliqué à votre pension.

Voir la partie « Salariés : la retraite, comment ça marche ? »   

 Voir la partie « Salariés : la retraite, comment ça marche ? »                                        

Une décote (taux minoré) s’applique si vous avez atteint l’âge légal de partir en retraite mais que vous n’avez pas atteint le nombre de trimestres requis.

Cette décote (définitive) est déterminée en fonction de votre âge, de votre durée d'assurance et de la date de départ en retraite que vous choisissez.

Bon à savoir : Si vous ne justifiez pas du nombre de trimestres nécessaire, il existe des possibilités de rachats de trimestres. Voir la partie «  Questions-Réponses ».

A l’inverse, une surcote (taux majoré) s’applique si vous continuez à travailler après l’âge légal de départ à la retraite et au-delà du nombre de trimestres requis pour obtenir une retraite à taux plein.

Cette surcote est déterminée en fonction de votre âge, de votre durée d'assurance et de la date de départ en retraite que vous choisissez.

Vous pouvez bénéficier dans certains cas d’une majoration de votre pension de retraite (« majorations pour enfants », « pour tierce personne »).

Si votre pension de retraite du régime général liquidée à taux plein est inférieure à un certain seuil, elle peut être complétée par une majoration pour atteindre un montant minimum : le « minimum contributif ».

Votre retraite de base est soumise également à un montant maximum, égal à 50% du plafond de sécurité sociale.

Enfin, le montant de votre pension de vieillesse fait l’objet chaque année d’une revalorisation.

MA RETRAITE COMPLEMENTAIRE ARRCO AGIRC

L’attribution de votre retraite complémentaire est soumise d’une part, à la cessation de votre activité salariée et d’autre part, à une condition d’âge.

A quel âge puis-je bénéficier de ma retraite complémentaire à taux plein ?

A partir de 60/62 ans (en fonction de votre date de naissance), vous pouvez obtenir votre retraite complémentaire à taux plein si vous avez la durée d’assurance requise pour obtenir votre retraite de base de la sécurité sociale à taux plein.

A partir de 65/67 ans (en fonction de votre date de naissance), vous pouvez obtenir votre retraite complémentaire à taux plein sans condition de durée d’assurance.

Certaines situations vous permettent d’obtenir votre retraite complémentaire sans diminution de vos droits au même âge que votre retraite de base, à condition que celle-ci vous soit attribuée à taux plein.

A quel âge puis-je bénéficier de ma retraite complémentaire avec diminution de mes droits ?

À partir de 57 ans, en cas de retraite anticipée, vous pouvez obtenir votre retraite complémentaire sans condition de durée d’assurance : celle-ci sera minorée définitivement par un coefficient correspondant à votre âge.

A partir de 60/62 ans(en fonction de votre date de naissance), en cas de carrière courte, si vous avez obtenu votre retraite de base à taux minoré (ou décote), le coefficient de minoration applicable à votre retraite complémentaire lorsqu’il vous manque moins de 20 trimestres d’assurance correspond soit à votre âge, soit à votre nombre de trimestres manquants.

C’est la solution la plus avantageuse pour vous qui sera retenue.

Bon à savoir : des tableaux récapitulant les coefficients de minoration en fonction de la date de naissance sont consultables sur le site www.agirc-arrco.fr

Le montant annuel de votre retraite complémentaire est égal au nombre de points que vous avez acquis multiplié par la valeur du point de retraite du régime ARRCO ou AGIRC.

Voir la partie « Salariés : la retraite, comment cela marche ? »

Le résultat de ce calcul peut éventuellement être :

  • Réduit par application d’un abattement, lorsque vous ne pouvez pas prétendre à une retraite complète ;
  • Majoré dans certains cas, pour charges de famille.

 

La finalité de ce document est de vous apporter de l'information. Il vous appartient de vérifier qu'elle correspond bien à votre situation individuelle. Gardez en mémoire que d'ici votre retraite, la règlementation peut évoluer.

S'informer sur ses droits

En tant que salarié, vous bénéficiez d’un droit à l’information sur votre retraite, qui se traduit par la mise à disposition d’informations tout au long de votre carrière.

Le relevé de situation individuelle : à partir de 35 ans, puis tous les 5 ans

Ce relevé récapitule l'ensemble des données nécessaires au calcul de vos droits à la retraite, contenues dans les relevés de carrière des différents organismes (régimes obligatoires de base et complémentaires).

Le relevé de situation individuelle vous est envoyé automatiquement tous les 5 ans à partir de 35 ans, ou à tout moment sur demande de votre part.

Il peut vous être envoyé par voie électronique.

Vous pouvez également le demander ou le consulter à tout moment en ligne à partir du site Internet de l'une des caisses de retraite à laquelle vous êtes ou avez été affilié. La caisse en question se chargera de recueillir les informations nécessaires auprès des autres organismes.

Bon à savoir : Un relevé établi au premier semestre de l'année présente les droits arrêtés au 31 décembre de l'avant-dernière année, tandis qu'un relevé établi au deuxième semestre tient compte des droits acquis jusqu'au 31 décembre de l'année précédente.

Attention : vous ne pourrez demander un relevé de situation individuelle que tous les deux ans au plus.

Liens utiles : www.lassuranceretraite.fr (la retraite de base des salariés du régime général).

L’entretien d’information retraite : possible sur demande à compter de 45 ans

Tout assuré en activité ou non, âgé de 45 ans au moins et ayant acquis des droits dans un régime obligatoire français peut demander à ses régimes de retraite un entretien information retraite.

Cet entretien permet de faire le point sur votre carrière passée, d’obtenir des simulations du montant de votre retraite et de poser vos questions aux experts de votre régime.

Vous pouvez demander un entretien à l’un des régimes auprès desquels vous avez acquis des droits. Cela peut être votre dernier régime, ou l’un de vos derniers régimes (base ou complémentaire). Si vous avez des interrogations sur une partie antérieure de votre carrière, vous pouvez en solliciter un autre.

Bon à savoir :

Pour un rendez-vous d’entretien information retraite avec un conseiller retraite de base :

Contactez le 3960 (prix d’un appel local depuis un poste  fixe).

Pour un rendez-vous d’entretien information retraite avec un conseiller retraite Agirc-Arrco : Téléphoner au 0820 200 189 (0,09 €/minute depuis un poste fixe).

Il vous sera proposé un entretien :

  • par téléphone
  • ou dans le le lieu d?accueil le plus proche de chez vous.

Vous avez aussi la possibilité de contacter directement votre caisse de retraite complémentaire.

L’estimation indicative globale : à partir de 55 ans, puis tous les 5 ans

L'estimation indicative globale complète le relevé de situation individuelle en ajoutant une évaluation du montant total de votre retraite dans les régimes obligatoires de base et complémentaires.

Vous n’avez aucune démarche à effectuer, l’envoi de ce document intervient au deuxième semestre de chaque année pour toute personne atteignant 55 ans dans l’année civile.

Il vous sera ensuite adressé tous les 5 ans, jusqu’à votre départ à la retraite.

Votre estimation est établie et adressée par l’un des organismes dont vous relevez ou avez relevé en dernier lieu.

L'estimation indicative globale est accompagnée d'un dépliant présentant l'organisation et les valeurs du système de retraite français.

Le relevé de carrière : à tout moment, quel que soit votre âge

Ce document récapitule l’ensemble des droits à retraite que vous avez cumulé dans chaque régime dont vous avez relevé au cours de votre parcours professionnel.

En principe il vous est adressé automatiquement par votre caisse de retraite.

Vous pouvez également en faire la demande par voie postale ou électronique (certains organismes proposent sur leur site un formulaire téléchargeable) ou en vous rendant à l’accueil de votre caisse.

Liens utiles : www.lassuranceretraite.fr (la retraite de base des salariés du régime général).

Le relevé actualisé de points : à tout moment, quel que soit votre âge

Ce document récapitule les points Arrco (et Agirc si vous êtes cadre ou si vous l’avez été) obtenus tout au long de votre carrière en tant que salarié du secteur privé.

Régulièrement actualisé, il vous permet de vérifier que les informations indiquées sont exactes et, dans le cas contraire, de le signaler pour rectification.

Vous pouvez le télécharger directement sur le site Internet de votre institution de retraite complémentaire.

Lien utile : Pour connaitre l’institution de retraite complémentaire dont vous dépendez :

-       http://www.retraite-repartition.fr/dopli/ (le site commun aux institutions AGIRC-ARRCO) ;

-       votre bulletin de salaire indique auprès de quelle institution vos cotisations ARRCO / AGIRC sont versées.

 

La finalité de ce document est de vous apporter de l'information. Il vous appartient de vérifier qu'elle correspond bien à votre situation individuelle. Gardez en mémoire que d'ici votre retraite, la règlementation peut évoluer.

Les événements de la vie : études, enfants, invalidité

De nombreux événements personnels ou professionnels peuvent avoir une influence sur votre retraite.

1/ Les événements de la vie privée

 

 

Evénements de la vie

privée

 

Impacts sur votre retraite

Vous avez eu ou élevé des enfants

 

La plupart des régimes de  retraite accordent gratuitement (sans cotisations) des trimestres supplémentaires aux parents ayant eu ou élevé au moins un enfant.

Si vous avez eu ou élevé au moins trois enfants, vous pouvez bénéficier d'unemajoration du montant de votre retraite.

 A noter : tous les enfants sont pris en considération, quelle que soit leur situation : légitimes, adoptés, élevés...

Vous avez effectué des études supérieures

Les études supérieures ne sont pas prises en compte pour le calcul de la durée d’assurance, sauf exception.

Mais vous avez la possibilité dans certains cas de racheter des années d’études supérieures (c’est-à-dire de verser a posteriori les cotisations correspondantes).

Vous avez effectué votre service militaire

 Dans la plupart des régimes de retraite, le service militaire est assimilé à une période d’activité : sa durée est prise en compte dans le calcul de votre durée d'assurance.

Vous avez été malade pendant une longue période ou vous êtes reconnu invalide

 Les périodes de maladie, maternité et accident du travail peuvent être validées sous conditions.

L’invalidité peut également être prise en compte.

Vous êtes travailleur handicapé

 Vous pouvez, sous certaines conditions, prendre une retraite anticipée.

Votre retraite est majorée si vous ne réunissez pas la durée d'assurance totale nécessaire à l'obtention du taux plein.
Cette majoration dépend de la durée pendant laquelle vous avez cotisé en tant que travailleur handicapé.

Votre conjoint est décédé ou a disparu

La quasi-totalité des régimes de retraite prévoit un mécanisme dit "de réversion".

Voir la partie « Salariés : veuvage, divorce et retraite ».


2/ Les événements de la vie professionnelle

 

 

Evénements de la vie PROFESSIONNELLE

 

Impacts sur votre retraite

 

Vous avez commencé à travailler très jeune (longue carrière)

 

Sous certaines conditions, vous pouvez bénéficier d’un départ anticipé à la retraite.

Vous avez connu des périodes de chômage

Les périodes de chômage indemnisées sont assimilées à des trimestres d’assurance.

Les périodes de chômage non indemnisées peuvent être prises en compte, dans une certaine limite, sous conditions et seulement par les régimes de base.

 

Vous avez travaillé en étant étudiant ou vous avez exercé des travaux saisonniers 

 

 Les emplois saisonniers,jobs d’étéou étudiants, s’ils sont déclarés, comptent pour vos droits à retraite.

 Rappel : c’est le montant de votre salaire brut qui valide un trimestre et non pas la durée effective du travail.

Vous travaillez à temps partiel

Le montant du salaire permettant de valider un trimestre de retraite est abaissé.

Des reports de cotisations sont possibles pour valider des trimestres. Vous avez la possibilité de cotiser sur la base d’un temps plein avec l’accord de l’employeur.

      

Vous prolongez votre activité au-delà de l’âge légal

 

Le montant de votre pension est majoré (surcote) si vous travaillez après l’âge légal de la retraite et, si vous justifiez d’une durée d’assurance suffisante pour bénéficier du taux plein.

 

Vous souhaitez cumuler votre retraite et un emploi

 

Bien que la rémunération versée soit soumise à cotisations retraite, vous n’ouvrez pas de nouveaux droits à retraite.

Les conditions de ce cumul peuvent présenter des différences d'un régime à l'autre ; renseignez-vous auprès de la caisse ou des caisses de retraite dont vous dépendez.

 

Vous souhaiter cesser progressivement votre activité

 

Dans le cadre d’une retraite progressive, l’activité à temps partiel exercée vous permet de valider de nouveaux droits à la retraite. Celle-ci sera donc recalculée lorsque vous cesserez définitivement de travailler.
Il est possible de cotiser (avec l'accord de votre employeur) sur la base de la rémunération que vous auriez perçue si vous aviez continué à travailler à taux plein.

Notre conseil : dans tous les cas, n’hésitez pas à contacter votre ou vos caisses de retraite pour en savoir plus.

Les modalités d'attribution de trimestres supplémentaires et les majorations de retraite sont soumises à certaines conditions et peuvent varier d'un régime à un autre.

L'organisme dont vous relevez pourra vous fournir des informations précises en rapport avec votre situation personnelle.

 

La finalité de ce document est de vous apporter de l'information. Il vous appartient de vérifier qu'elle correspond bien à votre situation individuelle. Gardez en mémoire que d'ici votre retraite, la règlementation peut évoluer.

Veuvage, divorce et retraite

Au décès de votre conjoint, vous pouvez bénéficier de différentes aides, selon votre âge et votre situation.

                                                         

Vous avez plus de 55 ans

Vous avez moins de 55 ans

Quel que soit votre âge

Vous pouvez demander :

Retraite de réversion

Allocation de veuvage

Le capital décès

Retraite de réversion des régimes complémentaires

 

Retraite de réversion des régimes complémentaires

L’allocation de soutien familial (ASF)

Le revenu de solidarité active (RSA)

                                                                                           

La retraite de réversion

 La pension de réversion représente une partie de la retraite que percevait ou aurait pu percevoir percevait ou aurait pu percevoir l’assuré décédé.                                                                                            

 

Retraite de base

Retraite complémentaire

Conditions

 

Le mariage :

- vous devez avoir été marié avec l’assuré décédé (les concubins et les personnes pacsées ne bénéficient pas de la pension de réversion) ;

ou    

- être divorcé de l’assuré décédé, même si vous êtes remarié ou vivez maritalement (concubinage ou Pacs).

 L’âge : vous devez avoir au moins 55 ans au moment du point de départ de la retraite de réversion.

Les ressources : vos ressources personnelles (ou celle de votre ménage) ne doivent pas dépasser un certain plafond.

 

 

Le mariage :

- vous devez avoir été marié avec la personne décédée (les concubins et les personnes pacsées ne bénéficient pas de la pension de réversion) ;

ou

- être divorcé  du défunt et non remarié.

En cas de remariage, la pension de réversion est définitivement supprimée. 

L’âge : vous devez avoir 

- 55 ans au moins pour la réversion Arrco

- 60 ans au moins pour la réversion Agirc. Cet âge peut être avancé à 55 ans.

Il n’y a pas de condition d’âge si vous avez au moins deux enfants à charge ou si vous êtes invalide.

La pension de réversion de la retraite complémentaire est attribuée sans condition de ressources.

Montant

 

 

La réversion est égale à 54 % du montant de la retraite que percevait ou aurait du percevoir votre conjoint ou ex-conjoint décédé.

Selon votre situation, un montant minimum, un montant maximum ou une majoration peut vous être appliqué.

Son montant peut être révisé en cas de variation de vos ressources ou si votre situation familiale change.

La réversion est égale à 60 % de la retraite complémentaire du salarié ou retraité décédé.

 

Selon votre situation une majoration ou une minoration peut vous être appliquée.

Partage

Si votre conjoint décédé a été marié plusieurs fois, la retraite de réversion est partagée entre le conjoint survivant et le (ou les) ex-conjoint(s) divorcé(s), même s’ils sont remariés ou vivent maritalement (Pacs ou concubinage). Ce partage est proportionnel à la durée de chaque mariage.

 

 Si votre conjoint décédé a été marié plusieurs fois, la retraite de réversion est partagée entre le conjoint survivant et le (ou les) les ex-conjoint(s) non remariés.

Ce partage est proportionnel à la durée de chaque mariage.

Demande

 

La retraite de réversion n’est pas attribuée automatiquement, vous devez compléter l’imprimé « Demande de retraite de réversion ».

Vous trouverez ce document :

- sur le site www.lassuranceretraite.fr

- dans un des points d’accueil retraite (liste et coordonnées sur le même site) ;

- en écrivant à votre caisse de retraite régionale ;

- en contactant un conseiller retraite au 3960.

(Le numéro unique de l’Assurance retraite, prix d’un appel local depuis un poste fixe. Pour appeler depuis l’étranger, d’une box ou d’un mobile, composer le 09 71 10 39 60).

 

Le formulaire contient une notice explicative qui explique comment le remplir et quelles pièces justificatives vous devez joindre, selon votre situation personnelle.

Bon à savoir : une seule demande est nécessaire, même si votre conjoint ou ex-conjoint décédé a exercé une activité salariée, agricole, artisanale ou commerciale.

Déposez votre demande à la caisse de votre choix, de préférence celle dont relève la dernière activité de l’assuré décédé. Cette caisse transmet ensuite les informations aux autres régimes de retraite.

 

 La retraite de réversion n’est pas attribuée automatiquement, vous devez compléter l’imprimé « Demande de réversion de retraite complémentaire ».

Vous trouverez ce document :

- sur le site www.agirc-arrco.fr

- dans un point Cicas (Centre d’information, conseil et accueil des salariés). Annuaire des Cicas sur le même site ;

- en contactant la caisse de retraite de la personne décédée ;

- en contactant un conseiller retraite au 0 820 200 189 (0,09 euro TTC la minute à partir d'un poste fixe).

Le formulaire contient une notice explicative qui explique comment le remplir et quelles pièces justificatives vous devez joindre, selon votre situation personnelle.

 

Bon à savoir : une seule demande est nécessaire, même si le défunt avait plusieurs caisses de retraite complémentaire.

Déposez votre demande à la caisse de votre choix, de préférence celle dont relève la dernière activité du défunt.

Cette caisse transmet ensuite les informations aux autres régimes de retraite.

Point de départ

Vous choisissez le point de départ de votre retraite de réversion.

Le point de départ choisi doit être fixé :

  • le 1er jour d'un mois,
  • pas avant l'âge auquel vous avez droit à la retraite de réversion,
  • ni avant la date de votre demande.

 

Toutefois, si vous faites votre demande dans les 12 mois suivant le décès, vous pouvez fixer le point de départ au 1er jour du mois qui suit le décès.

Bon à savoir : si vous n'indiquez pas de point de départ sur le formulaire, votre retraite de réversion prendra effet au plus tôt le 1er jour du mois suivant le dépôt de votre demande.

Le point de départ est fixé au premier jour du mois civil qui suit le décès.

 La demande doit être déposée dans les douze mois qui suivent le décès ou la date à laquelle les conditions sont remplies.

 

L’allocation de veuvage

Conditions 

Au décès de votre conjoint, vous pouvez peut-être bénéficier d’une allocation de veuvage si :

 - Votre conjoint a cotisé à l’assurance vieillesse au moins 3 mois, continus ou non, durant l’année précédant le décès.

D’autres situations peuvent également y ouvrir droit (s’il était retraité, titulaire de l’allocation aux adultes handicapés, indemnisé au titre du chômage, de l’assurance maladie ou invalidité …) ;

 - Vous devez avoir moins de 55 ans au moment du point de départ de l’allocation veuvage.

Si vous avez 55 ansou plus, vous pouvez demander une retraite de réversion ;

 - Vous devez résider en France ;

 - Vous ne devez pas vivre en couple (remariage, concubinage, Pacs) ;

 - Vos ressources ne doivent pas dépasser un certain montant.

Montant

L’allocation de veuvage est une allocation temporaire (2 ans maximum), d’un montant unique, versé mensuellement et qui peut être réduit en fonction de vos ressources.

Demande 

Vous avez 2 ans, à compter du mois du décès, pour faire votre demande d’allocation de veuvage.

Vous devez compléter le formulaire « Demande d’allocation de veuvage », que vous pouvez vous procurer :

-       sur le site www.lassuranceretraite.fr

-       dans un des points d’accueil retraite (liste et coordonnées sur le même site) ;

-       en écrivant à votre caisse de retraite régionale ;

-       en contactant un conseiller retraite au 3960 (le numéro unique de l’Assurance retraite, prix d’un appel local depuis un poste fixe. Pour appeler depuis l’étranger, d’une box ou d’un mobile, composer le 09 71 10 39 60).

Vous pouvez déposer votre demande, en priorité, à la caisse du dernier lieu de travail de votre conjoint, sinon, à celle qui payait sa retraite ou à celle dont dépend votre domicile.

Si vous ne pouvez pas vous déplacer, vous pouvez envoyer votre demande directement par courrier.

Point de départ

Le point de départ de votre allocation dépend de la date à laquelle vous en faites la demande :

-       au 1er jour du mois au cours duquel s'est produit le décès si vous faites votre demande dans les 12 mois suivant le décès ;

-       au 1er jour du mois de votre demande si vous faites votre demande au-delà des 12 mois suivant le décès.

Les autres aides possibles

 A tout âge, si vous êtes confronté au décès de votre conjoint, vous pouvez obtenir des aides financières :

- Le capital décès est une indemnité qui garantit le versement d’un capital aux proches d’un salarié décédé, sous certaines conditions.

Vous devez adresser votre demande à la Caisse primaire d’assurance maladie (CPAM) dont dépendait le défunt au moment du décès.

 - L’Allocation de soutien familial (ASF) est versée par la Caisse d’allocations familiales (Caf) au parent qui élève seul son enfant.

 - Le revenu de solidarité active (RSA) assure aux personnes sans ressources ou disposant de faibles ressources un niveau minimum de revenu variable selon la composition de leur foyer.

Renseignez vous auprès de votre Caisse d’allocations familiales (Caf).

 

La finalité de ce document est de vous apporter de l'information. Il vous appartient de vérifier qu'elle correspond bien à votre situation individuelle. Gardez en mémoire que d'ici votre retraite, la règlementation peut évoluer.

Demander sa retraite - Boîte à outils

Demander sa retraite, c’est une démarche simple mais qui n’est pas automatique.

Maintenant que vous avez tous les éléments en main et que vous avez choisi précisément votre date de départ, à vous de jouer !

Contactez vos caisses pour "liquider" votre retraite (c'est-à-dire leur demander de procéder au calcul exact de vos droits à retraite et d'engager leur mise en paiement).

                                     

           

Retraite de base

Retraite complémentaire

Quand ?

 

4 mois avant la date de départ envisagée

 

Comment obtenir votre dossier de demande de retraite?

 

Par Internetsur www.lassuranceretraite.fr

 

Si vous ne pouvez ou ne souhaitez pas faire votre demande en ligne, vous pouvez vous procurer l’imprimé réglementaire « Demande de retraite personnelle » soit :

 - En téléchargeant l’imprimé sur ww.lassuranceretraite.fr

 - En prenant contact avec votre caisse de retraite (la caisse régionale de votre lieu de résidence) ;

 - Auprès d’un conseiller retraite en téléphonant au 3960.

(Le numéro unique de l’Assurance retraite, prix d'un appel local depuis un poste fixe. Pour appeler depuis l'étranger, d'une box ou d'un mobile, composer le 09 71 10 39 60).

A noter : Si vous avez exercé des activités relevant de plusieurs régimes de retraite de base dits « alignés » (il s’agit des régimes salarié, artisan, commerçant ou agricole), une seule demande suffit.

Si vous avez été affilié à un ou plusieurs autres régimes que ceux indiqués ci-dessus : vous devez écrire à chacune des caisses dont vous relevez ou avez relevé.

 

 

Par Internet sur www.agirc-arrco.fr 

 Si vous ne pouvez ou ne souhaitez pas faire votre demande en ligne, vous pouvez vous procurer votre dossier de demande de retraite soit :

 - En prenant contact avec votre caisse de retraite Arrco ou Agirc ;

 - Auprès d’un conseiller retraite en téléphonant au 0 820 200 189 (0,09 € TTC / min. à partir d’un poste fixe).

 

 Si vous demandez votre retraite à l’Assurance retraite, à l’Agirc ou à l’Arrco, vous pouvez autoriser un de ces régimes à transmettre vos coordonnées aux deux autres.

Vous êtes ensuite recontacté par chacun d’eux pour constituer votre dossier de demande de retraite.

Pour bénéficier de ce service, il vous suffit de cocher la case correspondante lorsque vous remplirez votre formulaire de demande de retraite personnelle.

Comment remplir votre dossier de demande de retraite ?

Vous trouverez dans votre dossier ce dont vous avez besoin pour faire votre demande de retraite (imprimé de demande, documents à vérifier et corriger si nécessaire, liste des pièces justificatives à fournir …)

Vous devrez compléter les documents mais avant de les retourner, n’oubliez pas de les signer et n'omettez pas de joindre les pièces justificatives.

 

Retraite de base

Retraite complémentaire

Comment déposer votre dossier de demande de retraite ?

 Deux possibilités :

 - En adressant votre dossier à votre caisse de retraite par courrier ou,

- En déposant votre dossier dans un des points d’accueil retraite.

 Deux possibilités :

 - En adressant votre dossier à votre caisse de retraite par courrier ou,

 - En déposant votre dossier dans un CICAS (Centres d’information, conseil et accueil des salariés).

Comment suivre l’avancement de mon dossier de retraite ?

 Par Internet :

- Sur le site www.assuranceretraite.fr

- Vous pouvez poser la question sur le site de votre caisse de retraite.

En téléphonant au 3960.

(Le numéro unique de l’Assurance retraite, prix d'un appel local depuis un poste fixe. Pour appeler depuis l'étranger, d'une box ou d'un mobile, composer le 09 71 10 39 60).

 En prenant contact avec votre caisse de retraite Arrco ou votre caisse Agirc si vous êtes cadre.

En téléphonant au 0 820 200 189 (0,09 € TTC / min. à partir d’un poste fixe).

 

Coordonnées 

Et lien utiles

www.lassuranceretraite.fr 

- Pour effectuer votre demande de retraite directement en ligne (après avoir créé votre compte) ;

 - Pour télécharger l’imprimé de « Demande de retraite personnelle » ;

 - Pour connaître les coordonnées de votre caisse régionale ;

 - Pour trouver le point d'accueil ou l'agence retraite le plus proche de votre domicile ;

- Pour obtenir des informations complémentaires.

 www.info-retraite.fr

Pour avoir des informations complémentaires

Pour rencontrer un conseiller de l’assurance retraite appelez le39 60.

(Le numéro unique de l’Assurance retraite, prix d'un appel local depuis un poste fixe.Pour appeler depuis l'étranger, d'une box ou d'un mobile, composer le 09 71 10 39 60).

www.agirc-arrco.fr

- Pour effectuer votre demande de retraite directement en ligne ;

 - Pour connaître votre caisse de retraite complémentaire ;

 - Pour connaître les coordonnées des caisses de retraite complémentaire ;

 - Pour connaître les coordonnées des Cicas (Centres d’information, conseil et accueil des salariés).

  www.maretraitecomplementaire.fr

www.info-retraite.fr

Pour avoir des informations complémentaires

Pour rencontrer un conseiller retraite, appelez le 0 820 200 189(0,09 € TTC / min. à partir d’un poste fixe).

 

 

Formulaires utiles à télécharger

www.lassuranceretraite.fr

 - Demande de retraite personnelle

-Demande de retraite anticipée carrière longue

- Demande de retraite anticipée des assurés handicapés

- Demande de retraite pour pénibilité

- Demande de retraite progressive

- Déclaration de cessation d’activité

- Demande de retraite de réversion…

www.agirc-arrco.fr

 - Demande de retraite complémentaire

- Demande de retraite tranche C

- Demande de réversion de retraite complémentaire …

 

 

 

La finalité de ce document est de vous apporter de l'information. Il vous appartient de vérifier qu'elle correspond bien à votre situation individuelle. Gardez en mémoire que d'ici votre retraite, la règlementation peut évoluer.

La retraite, comment cela marche ?

LE SYSTEME DE RETRAITE

En France, le système de retraite fonctionne selon les principes de :

  • La répartition,
  • Et, de la solidarité entre les générations.

1. La répartition

En tant que salarié, vous cotisez obligatoirement avec votre employeur :

-  pour constituer vos retraites futures et,

-  pour financer les retraites actuelles.

 2. La solidarité

Le mécanisme de répartition crée une solidarité entre les actifs et les retraités.

Le versement des cotisations permet en plus aux organismes de retraite:

  • D’attribuer des droits à la retraite à ceux qui sont temporairement empêchés de cotiser,
  • D’attribuer des avantages spécifiques aux assurés ayant élevé des enfants,
  •  D’attribuer au conjoint survivant une partie de la retraite de son conjoint décédé,
  • De garantir un montant minimum de retraite …

Le système de retraite obligatoire est à 2 étages. Vous cotisez :

  •  Pour votre retraite de base, à l’Assurance retraite,
  •   Et pour une retraite complémentaire à l’assurance de base auprès de l’Arrco, et en plus à l’Agirc si vous êtes cadre ou assimilé.

Ce socle obligatoire peut être complété par des retraites supplémentaires, facultatives et basées sur la capitalisation par le biais d’une épargne retraite (collective ou individuelle).

Renseignez-vous auprès de votre employeur.

 

COMMENT SE CONSTITUE MA RETRAITE  ?

1.     Ma retraite de base 

 A l’assurance retraite, on compte en trimestres (on parle de durée d’assurance).

 Les conditions de durée d’assurance sont liées à votre année de naissance.

Cette durée d’assurance permet de déterminer vos droits à  pension de retraite.

La durée d’assurance est déterminée en fonction des périodes (calculées en trimestres) pendant lesquelles vous avez cotisé au régime général de Sécurité sociale.

Attention ! Le nombre de trimestres validé ne correspond pas à la durée d’activité réelle. Il est calculé en fonction du montant du salaire annuel soumis à cotisations et ce, dans la limite de 4 trimestres maximum par année civile.

Certaines périodes pendant lesquelles vous n’avez pas cotisé peuvent néanmoins êtres prises en compte pour vos droits à la retraite.

(Voir la partie « Salariés : Les événements de vie »).

Dès le début de votre activité professionnelle, l’Assurance retraite ouvre un compte à votre nom qui retrace vos rémunérations et les données de l’ensemble de votre carrière, nécessaires au calcul de votre retraite.

Bon à savoir : Toutes ces informations figurent dans le « relevé de carrière ».

                2. Ma retraite complémentaire

 A l’Arrco et à l’Agirc, on compte en points.

Les cotisations de retraite complémentaire prélevées chaque mois sur votre salaire par votre employeur sont converties en points de retraite, en divisant le montant des cotisations par le prix d’achat du point (qui change chaque année).

Ces points se cumulent sur un compte personnel ouvert dès votre premier emploi. Ils sont ainsi conservés quel que soient les changements de votre parcours professionnel.

 

Information : Votre relevé de points est disponible sur le site internet de votre caisse de retraite complémentaire  wwww.agirc-arrco.fr.

 

COMMENT EST CALCULEE MA RETRAITE ?

 Chaque assuré contribue proportionnellement à ses salaires et les prestations qui lui seront versées dépendent des cotisations versées.

La pension de retraite est l’addition de deux composantes : une retraite de base et une retraite complémentaire qui n’ont pas le même mode de calcul.

1.     Ma retraite de base 

Si vous avez cotisé au moins un trimestre au régime général des salariés, vous pouvez obtenir une pension de retraite.

Votre retraite de base est calculée de la manière suivante :

 

Mots clefs :

  • Le salaire annuel moyen est calculé à partir des salaires obtenus au cours des 25 meilleures années (pour les assurés nés à partir de 1948), retenues dans la limite du plafond annuel de sécurité sociale mais revalorisés par des coefficients fixés chaque année.         
  •  Le taux plein (50% du salaire annuel moyen) est appliqué automatiquement si vous remplissez les conditions d’âge et de nombre de trimestres cotisés requis.

          Sinon, un abattement (décote) est appliqué par trimestre manquant.

A l’inverse, si vous décidez de prolonger votre activité après l’âge légal de départ en retraite, vous bénéficiez d’une majoration de votre montant de retraite (surcote).

  •  La durée d’assurance correspond au nombre de trimestres acquis par le salarié.


2. Ma retraite complémentaire 

Au moment de partir à la retraite, vos points accumulés sont convertis en euros.

Votre pension annuelle est calculée en multipliant le nombre de points que vous avez acquis au cours de votre carrière par la valeur annuelle du point.

                                                   

Information : Pour connaitre les valeurs des points Arrco et Agirc,  consultez : wwww.agirc-arrco.fr.

Bon à savoir : vous souhaitez vous faire une idée du montant de votre future retraite ? Il existe différents outils à votre disposition pour évaluer le montant de votre future retraite.

  • Le simulateur disponible sur le site internet du Crédit Mutuel *: vous simulez le montant de votre retraite à différents âges de départ possible, en fonction de 3 profils d'évolution de vos revenus futurs.
  • Le simulateur M@rel :pour une simulation plus poussée et prenant en compte notamment une carrière multiple ou des périodes d’inactivité, nous vous invitons à aller sur le site www.marel.fr, réalisé par des caisses de retraite.
  •  A compter de 55 ans, une estimation indicative globale vous est   également adressée automatiquement.

Dans le cadre du droit à l’information, vos régimes de retraite obligatoire vous adressent une estimation indicative globale prenant en compte l’ensemble des droits que vous avez aquis dans vos différents régimes de retraite obligatoire de base et complémentaire.

Il comporte une évaluation de votre retraite à différents âges de départ possibles.

 Pour connaître l’âge possible de départ à la retraite, consultez lapartie « Salariés : âge de départ possible et pension ».

*Gardez en mémoire qu’il s’agit de simulations, c’est-à-dire de simples estimations plus ou moins précises et que la réglementation peut évoluer.

 

La finalité de ce document est de vous apporter de l'information. Il vous appartient de vérifier qu'elle correspond bien à votre situation individuelle. Gardez en mémoire que d'ici votre retraite, la règlementation peut évoluer.