Imprimer

Les ordres de bourse

Libeller un ordre

Avant d'effectuer des opérations de bourse, il est nécessaire d'être titulaire, au préalable, d'un compte (Compte-titres ou PEA) permettant d'acheter et/ou de vendre des instruments financiers.

A noter : les opérations exécutées font l'objet d'une facturation (frais de courtage).

Le code ou le nom de la valeur

C'est le code qui définit de manière unique le titre que l'on veut vendre ou acheter. Il s'agit du code ISIN ou du Code Mnémonique.

La quantité

En ce qui concerne les warrants, si la quantité minimum est de 1 000, les ordres (en quantité) seront obligatoirement 1 000 ou des multiples de 1 000.

La devise

Elle peut être libellée en fonction de la place de cotation (Euro, Dollar ...).

Le sens de l'ordre

Lors du passage d'ordre, il est bien évidemment nécessaire d'indiquer s'il s'agit d'un achat ou d'une vente.

Le mode de règlement (SRD ou comptant)

Lorsqu'il s'agit d'un ordre passé sur le SRD, le donneur d'ordre doit le préciser.

La validité de l'ordre

Au jour ou à une date déterminée pouvant aller jusqu'à un an.

La nature du titre

Une action, un warrant, une obligation, etc…

La mention

Elle correspond au type d'ordre choisi. Il en existe 6 pour la bourse de Paris :

MentionsUtilitéExécution
Ordre à cours limitéIl vous permet de maîtriser le prix d'exécution c'est à dire qu'il permet d'acheter ou de vendre une quantité de titres avec une condition de prix.L'exécution peut être partielle. Mais il permet de fixer un objectif de cours en fonction de l'évolution du marché.
Ordre au dernier coursIl permet de passer des ordres au cours de clôture.Seul l'ordre au dernier cours est transmis sur le marché durant la phase Trading At Last (TAL) mise. Il s'agit d'une période de négociation supplémentaire à partir du fixing de clôture.
Ordre à la meilleure limiteVous obtiendrez le meilleur prix disponible lors de l'arrivée de votre ordre sur le marché.L'exécution peut être partielle puisque cet ordre est traité comme un ordre "à cours limité".
Ordre au marchéVous souhaitez acheter ou vendre au maximum des'quantités disponibles sans condition de prix.Cet ordre est prioritaire et il privilégie la quantité de titres demandés avec une exécution immédiate. Il n'y a aucune maîtrise du cours auquel l'ordre sera exécuté.
Ordre à seuil de déclenchement (ou "Stop loss")Il vous permet de positionner un ordre « au marché » qui est activé dès que le seuil de déclenchement est atteint ou dépassé.Vous êtes assuré d'une exécution maximale dès qu'il y a une cotation de la valeur et il permet de se protéger contre d'éventuels renversements de tendance.
Ordre à plage de déclenchementll permet de positionner un ordre « à cours limité » qui est activé dès que le seuil de déclenchement est atteint ou dépassé.Votre exécution sera partielle ou totale selon la quantité de titres disponibles.
Il associe les caractéristiques de l'ordre à cours limité et de l'ordre à seuil de déclenchement.

Le carnet d’ordres

Le fonctionnement

Chaque titre possède une feuille de marché. Celle-ci répertorie à un moment précis l'état de l'offre et de la demande sur une valeur.

On peut consulter un extrait de cette feuille pour les 5 meilleures offres (ventes) et les 5 meilleures demandes (achats) : les quantités, les prix et le nombre d'ordres. La première ligne représente la meilleure offre et la meilleure demande à l'instant T. Il est possible d'afficher jusqu'à 10 lignes maximum sur le carnet d'ordres.

Le carnet d'ordre

Ces informations permettent de connaître les transactions effectuées sur la valeur et donc la tendance d'un titre. C'est donc un outil précieux à consulter avant de positionner ses ordres.

Si vous regardez la 1ère ligne, dans la colonne "Vente" vous constatez qu'un vendeur souhaite céder 500 titres X à un cours de 15,190 €. Cet ordre de vente ne sera exécuté que s'il existe une contrepartie. Dans le cas présent il n'existe aucune contrepartie, il y a bien un acheteur pour 500 titres mais à 15,170 €.
Dans l'attente d'une contrepartie, il n'y aura aucune cotation sur le titre. Pour les valeurs du CAC 40, les liquidités sont tellement importantes qu'il est rare qu'un titre ne soit pas coté durant plus d'une minute. Mais ce délai peut être d'une journée voir plus sur les autres marchés, suivant les titres. Les ordres à déclenchement n'entrent pas dans le carnet d'ordres.

Les introductions

Comment ça marche ?

La décision de s'introduire en bourse repose sur une stratégie d'entreprise dont les finalités sont souvent la recherche d'une nouvelle notoriété, l'accès à un large public d'investisseurs et une collecte de capitaux frais.

Chaque introduction est un cas particulier qui peut amener les autorités boursières à fixer, dans le cadre des textes en vigueur, des clauses spécifiques (limitation du nombre ou du montant des ordres, heure limite de passation des ordres...).

Avant de souscrire ou de réserver des titres, il importe de prendre connaissance des documents (note d'opération, constituant, avec le document de base qu'elle incorpore par référence et le résumé, le prospectus) soumis au visa l’AMF (Autorité des Marchés Financiers) pour avoir le détail des modalités s'appliquant à l'offre. En effet, tout donneur d'ordres doit avoir pris connaissance des modalités et caractéristiques décrites dans la note d’opération. 

Les modalités techniques

Les modalités techniques d'une introduction en bourse répondent à deux objectifs :

diffuser les titres dans le public dans le but de lever des fonds sur le marché boursier (introduction par augmentation de capital), ou bien de renforcer la crédibilité de l'entreprise (introduction par cession de titre);

organiser et assurer leur première cotation dans les meilleures conditions possibles pour tous.

Cette introduction peut s'effectuer par l'une des procédures de marché centralisées par Euronext Paris S.A. qui permet de réaliser ces deux opérations simultanément pour la totalité des titres.

Ces procédures sont au nombre de 4 :

  1. la cotation directe ici, le nombre de titres émis sur le marché et le prix d'achat minimal sont fixés à l'avance. Pour que l'introduction en Bourse soit validée, le premier cours coté du titre ne doit pas excéder un certain pourcentage du prix d'achat minimal et chaque investisseur doit recevoir une quantité minimale de titres.
  2. l'offre à prix minimum (OPM) le principe est la mise en vente des titres à un prix minimal. Des fourchettes de prix sont ensuite déterminées en fonction des ordres reçus (seuls les ordres respectant la limite de prix minimal sont acceptés). La quantité de titres à livrer sera établie par rapport au nombre d'ordres reçu pour chaque fourchette de prix.
  3. l'offre à prix ferme (OPF) ici, le nombre de titres mis en circulation et leur prix de vente sont définis préalablement par l'entreprise et l'intermédiaire financier. La quantité de titres à livrer est ensuite déterminée par rapport à la quantité d'ordres reçus.
  4. l'offre à prix ouvert (OPO) le principe est de proposer en Bourse des titres dont le prix se situe dans une fourchette déterminée à l'avance. Le prix d'acquisition et la quantité des titres à livrer seront définis une fois l'ensemble des ordres reçus

Les procédures de marché permettent :

  • un actionnariat plus nombreux;
  • un placement (garanti ou non), centralisé par l'établissement "chef de file" pour tout ou partie des titres. La procédure de placement cible essentiellement des investisseurs institutionnels;
  • la combinaison des 2.

Le choix de la procédure dépend donc du type d'investisseurs que la société souhaite associer à l'opération d'introduction : l'introduction peut prévoir des clauses de surallocation dite "greenshoe" et de réallocation ou "clawback".

Toutes les modalités de l'opération d'introduction figurent dans le prospectus visé par l'AMF (ou document de base + note d'opération).

Le déroulement de l'opération

L'opération se déroule selon un calendrier prévu dans le prospectus AMF.

A titre d'exemple :

  • date d'ouverture de l'offre,
    • une période de réservation, précédent la période de procédure de marché, peut être planifiée, auquel cas, les ordres sont exprimés en montant ou en quantité selon les modalités de l'offre et ils sont dit "révocables".
    • période achat ferme : les ordres sont dits "irrévocables" (impossibles à annuler).
  • date de clôture et de fixation définitive du prix d'offre,
  • allocation et réduction des ordres le cas échéant,
  • date des premières négociations sur le marché,
  • date de règlement / livraison.

La vente des titres est possible le premier jour de négociation sur le marché.

Les avantages

Les investisseurs participants à ce type d'opération financière se voient proposer des avantages particuliers qui sont répertoriés dans le prospectus visé par l'AMF. Chaque opération ayant ses spécificités et ses avantages, voici ceux qui sont le plus souvent consentis :

  • généralement dans le cas de "privatisation", des actions gratuites au bout de 18 mois de détention des titres peuvent être offertes.
  • pour les privatisations uniquement, les actions peuvent être exonérées de droits de garde pendant 18 mois.
  • une décote est couramment appliquée au prix payé par les personnes physiques.
  • en général, aucun impôt de bourse ne s'applique dans le cadre d'une souscription et les frais de souscription sont pris en charge par l'émetteur.
  • les ordres enregistrés pendant la période de réservation sont mieux servis que les ordres présentés durant l'offre.
  • selon les modalités de l'offre, chaque membre d'un foyer fiscal (représentant légale pour les mineurs) peut être autorisé à transmettre un ordre. L'ensemble des ordres peuvent être passés sur un seul compte.

Les contrôles et mesures

S'agissant des opérations liées aux Introductions en bourse, leur exécution demeure subordonnée à l'existence d'une provision égale au montant exact de l'ordre donné

Le donneur d'ordres doit donc disposer :

  • d'une provision en espèces disponible suffisante,
  • d'une couverture sur le compte chèques rattaché au compte titres ou sur le PEA.

Les dispositions à prendre lors d’une introduction

  • s'informer sur la société qui va être introduite, apprécier l'opportunité de participer à l'opération compte tenu de la structure du portefeuille et des objectifs de gestion ;
  • savoir se fixer un prix plafond au-delà duquel on préfère renoncer (et donc préférer passer des ordres à cours limité plutôt qu'au marché lorsque la procédure l'autorise) ;
  • respecter les dispositions générales liées à la procédure retenue et particulières relevant du cas d'espèce ; ces dispositions sont détaillées dans l'avis d'introduction, notamment en ce qui concerne le libellé des ordres, l'heure limite de leur passation aux intermédiaires, leur couverture et le nombre d'ordres par compte.
  • ne jamais préjuger du nombre de titres qui seront alloués : d'une introduction à l'autre, le taux de réponse peut varier de quelques % à plus de 60 ou 70 %, voire 100 %. L'investisseur qui recevrait plus de titres qu'il ne pourrait en payer parce qu'il avait anticipé une plus forte réduction des demandes devrait immédiatement revendre autant de titres que nécessaire pour couvrir son solde débiteur.
  • pour ne pas être pénalisé par une allocation très faible de titres, il suffit de passer un ordre d'achat complémentaire dès le lendemain ; sans doute le prix moyen d'acquisition sera-t-il un peu majoré, mais une telle stratégie évite la pénalisation des frais fixes sur un tout petit nombre de titres lors de la revente et cette majoration du prix d'acquisition peut se révéler négligeable dans une optique de valorisation à moyen/ long terme.
  • ne pas considérer une introduction comme une opération permettant de réaliser sans risque une plus-value importante en un temps très court.

Tableau récapitulatif


Placement Cotation direct Offre de prix minimum Offre de prix ferme Offre de prix ouvert
Prix d'offre Fourchette de prix(1) MinimumMinimumFerme(2)Fourchette de prix(2)
Annonce Euronext Paris S.A.
Délais d'annonce Lors du pré-marketing 2 jours de Bourse5 jours de Bourse5 jours de Bourse5 jours de Bourse
Types d'ordres Limités ou au marchéLimités (limites excessives éliminées)Limités au prix d´offreLimités dans la fourchette
Centralisation des ordresEtablissement chef de fileEuronext Paris S.A.
Cours coté= ou < au cours coté sur le marché= ou < au maximum pré-défini(3)Limite de la plus basse demande serviePrixde l´offreLimite de la plus basse demande servie
Ordres retenusA discrétion> ou = au cours cotéLimités dans la fourchette de prix retenusTous les ordres> ou = au cours coté
Type de réductionNon ProportionnelleProportionnelleProportionnelleProportionnelle(4)Proportionnelle(4)

 

(1) sous forme d'une fourchette de prix lors du pré-marketing ; le prix définitif est fixé, soit au début, soit à la fin du placement.

(2) le prix d’une OPF peut prendre la forme d'une fourchette provisoire annoncée au moins 5 jours avant la centralisation des ordres, le prix ferme et définitif étant fixé 48 heures avant la centralisation.

(3) souvent, 10 % sur le prix minimum.

(4) la réduction peut être proportionnelle et linéaire (une seule catégorie d'ordres) ou proportionnelle pour tous les ordres d'une même catégorie mais différenciée par catégorie (plusieurs catégories d'ordres).

Les opérations sur titres

Les opérations sur titres

Les sociétés peuvent être absorbées, fusionnées ou rapprochées entre elles. Ces événements font l’objet d’opérations financières. Toutes ces opérations sont réglementées par l'AMF. Il existe des OST simples et des OST complexes.

Les OST simples :

  • Le versement/paiement du dividende par action : c'est la part du bénéfice net de l'entreprise distribuée aux actionnaires. Lors de la distribution de dividendes, chaque actionnaire reçoit un revenu proportionnel au nombre de titre en sa possession. L'investisseur a la possibilité de recevoir soit un versement en espèce, en actions ou les deux.
  • Le détachement/paiement du coupon pour une obligation : en échange du capital prêté, le détenteur de l'obligation reçoit un intérêt qui est appelé un coupon. Il est versé par trimestre, par semestre ou par an.
  • Le fractionnement d'actions (ou division du nominal) : le principe consiste à diviser le prix d'une action et, à l'inverse, multiplier sa quantité par le même ratio. Pour la société, le but principal est généralement de rendre l'action plus liquide et donc plus accessible aux investisseurs.
  • Le regroupement d'actions : le principe consiste à diviser le nombre d'actions en circulation tout en multipliant le prix de l'action par le même ratio, c'est l'inverse de la division du nominal.

Les OST complexes :

  • L'Offre Publique d'Achat (OPA) : lorsqu'un investisseur souhaite prendre le contrôle d'une société, il peut proposer aux actionnaires une OPA. C'est-à-dire qu'il s'engage à racheter sur le marché tous les titres de la société qu'il souhaite acquérir, à un cours généralement plus élevé que celui du marché pour inciter les actionnaires à apporter leurs titres à l'opération. Il existe deux sortes d'OPA : l'OPA amicale et l'OPA hostile.
  • L'Offre Publique d'Echange (OPE) : toujours dans le cas d'une prise de contrôle, si l'investisseur opte pour une OPE, il propose alors un échange des titres de sa société contre un certain nombre de titres de la société qu'il souhaite acquérir. C'est une parité d'échange qui est proposée au lieu d'un prix. Une soulte (complément en espèce) peut-être proposée en plus de la parité d'échange.
  • L'Offre Publique de Retrait (OPR) : le principe est de racheter la totalité des actions d'une société, afin de les retirer de la cotation sur un marché de cotation sous l'autorité de l'AMF. L'OPR intervient généralement si : la nature des activités de la société change radicalement ; si une société devient la filiale de l'actionnaire la rachetant, ou bien si la société cède ses principaux actifs.
  • L'Augmentation de Capital : le principe, pour les entreprises cotées, est d'augmenter leurs fonds propres grâce à la création de nouvelles actions. Bien souvent les actionnaires ont la possibilité de participer en priorité à l'augmentation de capital par l'intermédiaire du droit préférentiel de souscription.
    Il existe deux types d'augmentations de capital : l'appel à l'épargne public et l'attribution d'actions gratuites.

Le contrôle de couverture

L'onglet couverture permet d'accéder à un tableau précisant, tant pour le SRD que pour le comptant, les dites couvertures mais aussi les engagements en cours. Le détail de chaque rubrique est accessible en cliquant sur le montant souhaité :

Contrôle de couverture écran 1

 

Vous pouvez consulter les composantes de votre couverture et sélectionner l'un ou l'autre des éléments constitutifs pour accéder au détail.
Exemple avec le détail de la couverture disponible au SRD :

Contrôle de couverture écran 2 

 

Le détail des engagements en cours est également consultable. Les opérations sur les valeurs sont consolidées. Pour visualiser le détail des opérations, il suffit de sélectionner la valeur souhaitée :

Contrôle de couverture écran 3

 

Lorsque votre couverture titres est insuffisante, l'écran « situation » vous remonte l'alerte ci-dessous. Il est alors obligatoire de procéder à la reconstitution de votre couverture titres sans délai.

 

Contrôle de couverture avec Service de Règlement et de livraison Différés

La réglementaion de l'Autorité des Marchés Financiers (AMF) impose la constitution d'une couverture en espèces et/ou en instruments financiers pour tout donneur d'ordre qui confie à un prestataire de service investissement la transmission ou l'exécution d'ordre(s) sur les marchés financiers.

Les règles générales en vigueur aux taux de couverture des ordres avec Service de Règlement Différé sont les suivantes :
Couverture constituée par :

  • des liquidités, bons du Trésor, titres d'OPCVM monétaires 20%
  • des obligations , titres de créances négociables, titres d'OPCVM obligataires 25%
  • des titres de capital admis aux négociations sur un marché réglementé titres d'OPCVM actions 40%

Ces taux constituent des minima réglementaires que l'établissement teneur de comptes peut relever à sa seule diligence.

Les outils

Visuel de votre conseiller

Dialoguezavec un conseiller

Une question, un projet... Nous sommes à votre écoute.

  • (1)

    sous forme d'une fourchette de prix lors du pré-marketing; le prix définitif est fixé, soit au début, soit à la fin du placement.

  • (2)

    le prix d’une OPF peut prendre la forme d'une fourchette provisoire annoncée au moins 5 jours avant la centralisation des ordres, le prix ferme et définitif étant fixé 48 heures avant la centralisation.

  • (3)

    souvent, 10 % sur le prix minimum.

  • (4)

    la réduction peut être proportionnelle et linéaire (une seule catégorie d'ordres) ou proportionnelle pour tous les ordres d'une même catégorie mais différenciée par catégorie (plusieurs catégories d'ordres).